Recherche

Le Recho

REfuge. CHaleur. Optimisme.

Catégorie

La vie du camp

Journal de bord.

Le RECHO, de retour de sa mission #2

Notre mission #2 à Grande-Synthe fut l’une de nos plus belles réussites ! Ensemble, les bénévoles, les chefs conviés et l’équipe du RECHO ont réussi à faire cuisiner, rire, chanter et danser le camp de la Linière ! Cette semaine a été forte en émotions indescriptiblement positives ! C’est à travers des moments comme ceux que nous avons vécus là-bas que notre action prend tout son sens. Nous n’avons désormais plus qu’une seule envie : recommencer à l’infini à partager et re-créer du lien, entourées de toutes ces personnes incroyables !

Lire la suite

Retour en images sur notre 1ère mission à Grande-Synthe

2016 est un tournant dans nos vies – Le RECHO y prend racine.
Grâce à l’accueil de la ville de Grande-Synthe, grâce au soutien massif des bénévoles et des partenaires qui se sont engagés à nos côtés, grâce aux journalistes qui ont souhaité relayer notre message positif et pro-actif, grâce à l’incroyable énergie qui s’est déployée en un temps record autour de cette idée folle que nous avons eue…, nous avons pu réaliser ensemble une première mission de 3 semaines sur le lieu d’accueil de la Linière à Grande-Synthe
Voici la vidéo de notre naissance.

Votre soutien fait notre force. Nous avons besoin de vous pour repartir dès les mois de mars 2017 en France puis en Belgique. MERCI !

Rdv sur HelloAsso pour nous aider
#gratitude
#coeurcoeur

Télérama

Cet été, Télérama est venu nous voir sur le camp de la Linière à Grande Synthe.
Lisez l’article ici

cuisine-et-independance-des-chefs-s-engagent-pour-aider-les-refugies-ok-noemiem384691(c) Alice Barbosa

Don’t forget me please.

Samedi 14 mai 2016, Vanessa raconte:
Nous arrivons non sans quelques difficultés au camp de la Linière – sortie54a de l’A16 en direction de Dunkerque – . Une fois notre voiture garée sur le parking d’Emmaüs, nous traversons la route, nous présentons devant le contrôle à l’entrée du camp qui nous indique le point d’accueil des bénévoles d’Utopia56. Pas de policiers à premières vues. Une entrée très propre, bien entretenue, des poubelles alignées, étiquetées, quelques réfugiés au téléphone accroupis dans l’herbe. Un vent froid se lève. Une boule me grimpe au coeur et coince un peu au niveau des cordes vocales. Nous y voilà. Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑