brocoli fleurs

Un soir, en rentrant tard chez elle, une amie qui habite Cologne se fait interpeler par une ombre. Elle s’arrête pensant que l’homme qui se trouve devant elle cherche son chemin. La réalité est tout autre: l’homme en question est Syrien, il est arrivé à Cologne avec sa femme et ses deux enfants la veille au soir. Ils ont été admis dans un refuge plein de junkies et les enfants sont terrorisés. Ils n’ont rien mangé car on leur a servi de la soupe au porc sans alternative possible. L’homme demande de l’aide pour que sa famille puisse passer la nuit à l’hôtel ; Se reposer. Il est ingénieur, sa femme médecin et il parle un français impeccable car il a appris à l’école.

Cette anecdote suscite colère, révolte et pleurs dans notre cœur et nous amène à nous poser de sérieuses questions…

L’Allemagne à travers la voix de sa chancelière s’est montrée ouverte et généreuse, un modèle à priori pour le reste de l’Europe. Elle a été la seule à «inviter » les réfugiés à venir vivre sur son sol. Alors, c’est donc ainsi en Europe, au 21ème siècle, que l’on reçoit une personne qu’on dit avoir invitée chez soi?!…

Cette dramatique mésaventure et ce qu’elle raconte nous fait honte au plus profond de nous-même. Elle nous donne envie de réparer. Nous vivons dans un monde malade qui a tant désappris… Nous devons revenir aux fondamentaux. Nous souhaitons  inviter  des étrangers à notre table et que ce soit un instant de fête et de vie. Nous souhaitons inviter  des voyageurs épuisés, des héros d’une terrible Odyssée contemporaine qui méritent d’être couverts d’attentions et de fleurs. Nous souhaitons partager une cuisine de la vie et oublier la survie le temps d’un moment.

Notre cuisine sera végétarienne, nutritive et généreuse, elle sera telle que nous cuisinons pour nous et nos proches dans un soucis de plaisir et d’amour partagé.

cuisine végétarienne